Insolite : les mariniers, dompteurs de la Seine

Front image mariniers
28 mai 2019 insolite

Découvrez tout sur les dompteurs de la Seine : les mariniers

 

Les mariniers et Paris

 

 

De fiers descendants de Gaulois

L’histoire de Paris est beaucoup liée à la Seine, véritable cœur de vie. Mais ses eaux tourbillonnantes, ses crues et les nombreux bancs de sable en font un fleuve difficile pour la navigation. Mais ce que l’on ne soupçonne pas, c’est que bien avant les Romains, c’est la tribu gauloise des Parisii (devinez d’où vient le nom de Paris) qui a su dompter la Seine et installer des berges et des remparts. Ils ont donc créé un patrimoine lié au fleuve qui a ensuite donné vie à un métier à part entière : les mariniers.

 

Les mariniers au niveau du Pont-Neuf

 

Aujourd’hui à Paris

« Vilains sur terre, mais seigneurs sur l’eau », les mariniers connaissent tous les secrets de la Seine. D’ailleurs, une rue du 14e arrondissement porte encore leur nom (rue des mariniers et îlot des mariniers), parce qu’il s’agissait de l’emplacement des gardes de batelleries jusqu’en 1950.

De véritables coquins

Vêtus de costumes aux boutons dorés, et réputés pour être des séducteurs et des mangeurs de hérisson rôti, les mariniers n’étaient pas les mieux placés dans l’échelle de la popularité. Mais leur cote décuplait quand arrivait les joutes des mariniers, une célébration annuelle qui se déroulait sur le pont Notre-Dame.

 

 

Le Spring break parisien d’autrefois

 

 

Les joutes des mariniers avaient lieu au retour des beaux jours. Le plus ancien document qui mentionne les joutes des mariniers date de juin 1177. Les jeux étaient très simples :

Sur le modèle de la naumachie, plusieurs écoles de mariniers s’affrontaient dans des joutes à bord de leurs embarcations. Les bateaux se rencontraient face-à-face. Le premier qui tombe à l’eau a perdu. Plutôt bon enfant quelque part ! Et autour des berges du fleuve, fêtes, foires et kermesses battaient leur plein.

 

 

 

La fin des festivités

 

 

Avec le développement des voies ferroviaires, les métiers mariniers ont peu à peu disparu. Le train étant plus rapide et plus sécurisé que les eaux tumultueuses de la Seine, les mariniers n’ont pas pu longtemps résister, malgré une tentative de bateaux à vapeur. Les écoles ont peu à peu été fermées, avant de totalement disparaître.

Des joutes de mariniers existent encore aujourd’hui dans le Sud de la France, mais n’espérez pas en retrouver à Paris ce mois de juin.

Connectez-vous pour pouvoir commenter cette news.

Connectez-vous !

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies vous proposant des contenus adaptés et améliorant votre navigation. En savoir plus / paramétrer les cookies