By continuing your visit on this website, you accept the use of cookies offering you tailored content and enhancing your browsing experience. Learn more

La Goutte d'Or : balade photographique : Sur demande

La Goutte d'Or : balade photographique

Sur demande

Durée : 2h30

Langue parlée : français

Tarifs : 22 euros par personne

 

Parcours photographique : quand le monochrome industriel vire au cosmopolite coloré

Tout naturellement le parcours photographique commencera au-dessus des rames, rue de Jessaint, carrefour symbolique de tous ces passages, un lieu gris conforme à l’époque des machines, austère esthétiquement, mais chargé d’une tradition multiculturelle. 
L’horizon y est étonnement dégagé : user du grand angle de son appareil photo, jouer sur la profondeur de champ, les cadres en plongée sur les voies.
Refléter au mieux ce ciel vide qui se déploie devant nous, phénomène rare dans le paysage parisien encombré. Essayer divers temps de pose pour rendre compte des trains qui roulent et se relayent sous le pont.

Longer la rue Stephenson, coupée à son extrémité par la rue Ordener.
On est fin 2010 : saut dans le présent, au tout métallique succède la Résidence Marcadet, bichrome, blanche pointée de touches vertes. Habitation HLM respectant les normes écologiques des architectes de XTU, Anouk Legendre  et Nicolas Desmazieres.
Un projet de type « bionique » qui redessine le skyline de la rue Marcadet, prolongement de notre repère premier, de l’étendue au-dessus des chemins de fer.
Ici l’ambiance est plus intimiste, biodiversité, grandes fenêtres disposées aléatoirement dans les façades, comme des fleurs dans un pré, toutes différentes comme chacun des habitants, tel ce coin d’arrondissement multiculturel.
L’accent sera mis dans les images à faire sur les volumes harmonieux de la structure, l’intégration des codes de développement durable et du jardin dans l’urbain, les poches d’air qui traversent le bâtiment.

En face, un autre « îlot » sur les rails : bond en arrière de quelques années sur le « Street art » de la fin des 70s, légalisé ici depuis début 2000 sous forme de graffitis ornant un mur de la SNCF.
Une palette de couleurs plus riche pour les prises de vue, du figuratif, des humains tout du moins en peinture. Plus question d’espace agencé pour l’habitation ou la circulation. Il faut capter une partie d’une énorme fresque d’art, colorée, contemporaine, éphémère.

À quelques pas, l’historique marché permanent Dejean, à dominante africaine, situé à l’emplacement d’un ancien château, « le Château rouge », qui devint au 19ème siècle un bal champêtre. Odeurs, coloris, bruits, mouvements, épices, viandes, poissons, fruits et légumes.
Véritable poumon de la vie afro-antillaise du quartier, une artère grouillante audiovisuelle à retranscrire. Poursuivre le travail sur la chromie, les temps de pose et l’appliquer aux clichés avec des personnages statiques ou dynamiques.  Bien sûr rester courtois et respectueux avec les habitants que l’on désire photographier.

Ca se passe où ?

De l’ère industrielle au 3è millénaire, le monochrome industriel vire au cosmopolite coloré, le silence cède à la vie grouillante.”
Ancienne terre agricole, tirant son nom du vin que l’on y produisait jusqu’au 19ème siècle, la “Goutte d’or”, se mue peu après en immeubles, petits logements et hôtels, destinés à accueillir les provinciaux venus travailler à Paris.
Puis c’est la construction de la Gare du Nord (1840-60), ses lignes tentaculaires : l’arrivée de plusieurs vagues de migrants s’en trouve favorisée.
Après les ouvriers venus des quatre coins de l’hexagone et les Européens, le quartier héberge à partir des années 1950 une forte communauté maghrébine et plus tard dés la décennie 1980 une immigration africaine. 

 

 

Ookulture

OOK, association loi 1901, organise des événements culturels, conçoit et anime des PARCOURS “Art Contemporain” et “Patrimoine Culturel” pour s’initier à des pratiques artistiques et explorer autrement Paris et ses quartiers.

La dynamique OOK c’est :
• établir des connexions et des liens entre toutes les formes d’art, de culture ou de patrimoine,
• transmettre et élaborer des outils de lecture sur l’art contemporain,
• mettre en relation les artistes, leurs œuvres, l’espace public et l’espace privé.

Let's talk !

Paul S.
Paul S.

Superbe expérience ! Je vous la conseille fortement. Cette balade m'a permis non seulement de découvrir Paris mais aussi d'en savoir plus sur la photographie. Inoubliable !

Posted 21 days

Make some noise !

Prix

on an objective of 0 €

The holder

Gerardo B.

Ookulture

Association

OOK, association loi 1901, organise des événements culturels, conçoit et anime des PARC...

Learn more

Pour vous remercier

Paris